Tout lui est sujets, il porte le même regard sur l’architecture des bâtiments de la Grande Motte; celles plus radicale de centre commerciaux ou de zone industrielles,le paysage historique du Peyrou montpelliérain ou les bâtiments romains de Nîmes.

Dans l’exposition qu’il présente à la Galerie, Thomas Verny a renouvelé son travail de pastelliste. en se confrontant à un thème qui lui était jusque là étranger: le bâtiment antique posé d’une façon absolue dans l’espace de la ville de Nîmes. La Maison Carrée, le Temple de Diane, l’Amphithéâtre , le Pont du Gard...

Dressant le portait intime de ces êtres de pierre l’artiste les a envisagé, dévisagé, a éprouvé le toucher de la lumière sur les façades, la qualité de la pierre érodée; s’est concentré sur des détails, a réduit l’apparence à rien, jusqu’a faire ressortir la véritable personnalité de ses modèles.